Je teste 4 applis de notation des cosmétiques !

Partager l’ar­ti­cle :
  •  
  • 10
  •  
  •  
  •  
  • 12

Au vu des révéla­tions alar­mantes sur l’impact san­i­taire et envi­ron­nemen­tal des pro­duits que nous util­isons au quo­ti­di­en, les con­sciences s’éveillent.

Les con­som­ma­teurs veu­lent accorder plus d’attention à leurs achats !

En effet, la chimie lourde et dou­teuse se retrou­ve aus­si bien dans nos pro­duits ali­men­taires, que cos­mé­tiques ou encore ménagers.

 

Les applis de scan d’un produit : une initiative louable

Une idée géniale est alors née : des appli­ca­tions qui per­me­t­traient aux con­som­ma­teurs de scan­ner la com­po­si­tion d’un pro­duit.

Fini le dik­tat de l’incompréhension du chara­bia écrit sur les embal­lages !

Notre smart­phone nous révèle enfin si notre pro­duit est clean (ou pas…).

Ces applis disponibles gra­tu­ite­ment pour la plu­part, peu­vent nous accom­pa­g­n­er partout et pen­dant nos cours­es !

Le but est donc de bas­culer sur une con­som­ma­tion plus respon­s­able.

L’utilisation est assez sim­ple, on prend en photo/scanne/cherche notre pro­duit avec l’appli, et le tour est joué. Les vilains élèves sont mon­trés du doigt et n’ont plus qu’à aller au coin.

Allez au coin !

 

Mais il y a toujours un mais…

Mais voilà… Cette idée certes très louable est assez con­tro­ver­sée.

Ces applis ne tien­nent pas compte du pour­cent­age exact de chaque ingré­di­ent dans la for­mule pour établir une note. Ces pour­cent­ages sont en effet con­fi­den­tiels à cause du secret de fab­ri­ca­tion.

Par exem­ple si une for­mule con­tient dix ingré­di­ents et que l’un d’entre eux est mau­vais, la nota­tion serait en gros de 9/10. Cepen­dant cet ingré­di­ent pour­rait en réal­ité être présent à 70% dans la for­mule, ce qui don­nerait au final une très mau­vaise nota­tion.

A l’inverse, si l’on intro­duit un con­ser­va­teur syn­thé­tique à seule­ment 0,05% dans un pro­duit, cela sera égale­ment biaisé. Et c’est ce que reprochent cer­tains indus­triels.

Car seul le nom­bre d’ingrédients est con­nu.

Bien sûr les nota­tions dif­fèrent selon les applis, nous ver­rons tout cela ci-dessous 😉.

Par ailleurs, les indus­triels s’insurgent égale­ment du fait que cer­taines sub­stances chim­iques sont dia­bolisées alors qu’elles ne présen­tent aucun dan­ger poten­tiel pour l’homme ou l’environnement.

C’est le cas par exem­ple de cer­taines sil­i­cones.

Mais si cela peut les oblig­er à rem­plac­er ces ingré­di­ents par du naturel, c’est quand même une bonne chose. A mon avis, il vaut mieux dia­bolis­er des sub­stances chim­iques (car chim­ique reste chim­ique), que de sous-estimer leurs effets !

Ceci dit, ce qui est dom­mage c’est que les indus­triels rem­pla­cent sou­vent ces sub­stances con­tro­ver­sées par d’autres encore pire qui ne sont pas encore dans le viseur des médias (ex: c’é­tait le cas du methyl­paraben rem­placé par le phe­noxyethanol soupçon­né d’être un per­tur­ba­teur endocrinien).

 

J’ai testé 4 applis pour vous 😁

Pas­sons au côté pra­tique de la chose… Voyons ce que cela donne en vrai pour les cos­mé­tiques.

 

1.      Yuka

Créée en 2016 par trois étu­di­ants, Yuka est l’une des applis les plus con­nues de scan avec 2 mil­lions d’utilisateurs en 2018. Elle a com­mencé par l’alimentaire et s’attaque main­tenant aux cos­mé­tiques.

L’interface est sym­pa et épurée. Dès l’ouverture de l’application, il faut créer un compte. On peut notam­ment le lier directe­ment à son Face­book.

Pour con­naître la note de son pro­duit il faut scan­ner son code bar­res en acti­vant l’appareil pho­to. Cela a très bien marché pour moi dès le début.

Les autres avan­tages que j’ai trou­vés à cette appli sont :

- la présence d’un his­torique (on retrou­ve les nota­tions de tous les pro­duits qu’on a scan­né),

- une expli­ca­tion sur la rai­son d’une mau­vaise nota­tion c’est-à-dire le risque encou­ru pour la san­té,

- une liste des dif­férents types de pro­duits dans lesquels on retrou­ve générale­ment les sub­stances scan­nées,

- la tra­duc­tion des INCI en français.

La méth­ode de nota­tion comme expliquée ci-dessous se base sur les niveaux de risque des ingré­di­ents.

 

La méth­ode de nota­tion Yuka

Ensuite j’ai réal­isé ci-dessous le scan de 2 pro­duits, un « mau­vais » et un « bon » :

 

Note Yuka du soin cheveux Franck Provost

 

En effet, j’étais con­sciente que mon soin cheveux sans rinçage qui me fait plutôt de belles boucles, est cochon-cochon.

Note médiocre 27/100 ! On peut égale­ment con­stater la présence d’un ingré­di­ent « opaque », sûre­ment con­fi­den­tiel pour le fab­ri­cant car son nom est codé (F.I.L).

Ensuite la crème pour le vis­age Taaj que j’aime beau­coup est notée à 93/100 donc une note « excel­lente ».

Note Yuka de la crème Taaj

 

J’émets cepen­dant quelques réserves. Comme je vous en ai par­lé dans mon arti­cle sur les INCI, l’ingrédient « Par­fum » peut con­tenir des sub­stances syn­thé­tiques et poten­tielle­ment dan­gereuses. Cette nota­tion “sans risque” m’é­tonne.

De plus, la crème con­tient quelques ingré­di­ents syn­thé­tiques comme le Ceteareth et les Acry­lates.

Je sai­i­is, elle n’est pas totale­ment naturelle et je ferai des efforts pour en trou­ver une. Mais franche­ment c’est mon coup de cœur en crème “con­fort” et “cocoon­ing” pour cet hiv­er.

(En prenant compte du réel pour­cent­age des ingré­di­ents intro­duits, le fab­ri­cant nous assure une nat­u­ral­ité à 97%, c’est quand même très bien !).

 

2.      INCI Beauty

Je pense que c’est l’appli que je préfère 😊, juste avant Yuka.

L’interface est vrai­ment sym­pa et claire. On peut soit scan­ner le pro­duit, soit le rechercher dans la barre dédiée. On ren­tre par exem­ple son nom ou sa mar­que dans la caté­gorie con­cernée.

Je trou­ve cette fonc­tion­nal­ité vrai­ment pra­tique car c’est une alter­na­tive à l’appareil pho­to s’il fonc­tionne mal, ou si l’on n’a pas le pro­duit sous la main.

 

La recherche pra­tique d’un pro­duit sur INCI Beau­ty

 

L’appli pos­sède égale­ment un his­torique des scans, et on a même accès aux com­men­taires des autres util­isa­teurs sur chaque pro­duit.

L’utilisateur n’est pas obligé de créer un pro­fil ou le rat­tach­er à Face­book con­traire­ment à Yuka. Et si le pro­duit nous intéresse, il y a générale­ment des liens qui diri­gent vers des sites d’achat.

En plus, si on clique sur l’ingrédient, on retrou­ve une expli­ca­tion com­plète de celui-ci et toutes les références sci­en­tifiques sur le fondé de sa nota­tion.

Lire aussi:  Maquillage naturel et vegan: mes produits coups de coeur trouvés chez Véganie Paris

Enfin, une mise à jour récente per­met de faire une recherche par ingré­di­ent et pas seule­ment par pro­duit.

La nota­tion s’effectue par caté­gorie de risques et codes couleur à l’instar de Yuka (Con­tro­ver­sé, Pas ter­ri­ble, Sat­is­faisant et Bien).

Ci-dessous mes deux scans :

 

Note INCI Beau­ty du Soin Franck Provost

 

Note INCI Beau­ty de la crème Taaj

Doonc… Mon soin cheveux est tou­jours aus­si dégueu (5/20), et ma crème pas mal (15,4/20), cepen­dant moins bien notée que sur Yuka. Ce que je peux com­pren­dre vu la présence d’ingrédients syn­thé­tiques.

Par con­tre seul bémol, c’est bizarre, je ne trou­ve pas de trace de l’ingrédient « Par­fum » …

 

3.      Clean Beauty

Bon là on com­mence à chuter au niveau « qual­ité » d’applis.

Clean Beau­ty présente tout de même un gros avan­tage. Elle a été fondée par une équipe d’experts sci­en­tifiques dirigés par un doc­teur en phar­ma­cie et cos­mé­to­logue.

Les infor­ma­tions don­nées sur les ingré­di­ents sont donc nor­male­ment basées sur de réelles études.

Cepen­dant, je ne suis pas très fan de l’interface un peu trop « rose », pas assez punchy.

 

L’in­ter­face de Clean Beau­ty

 

Sinon, on a accès à un glos­saire de tous les ingré­di­ents cos­mé­tiques avec des expli­ca­tions com­plètes ce qui est top. Et une fonc­tion­nal­ité que j’ai trou­vée intéres­sante égale­ment : on peut partager la nota­tion de notre pro­duit sur les réseaux soci­aux, par mail ou SMS.

Maaaai­i­is là où le bât blesse, c’est qu’au lieu de scan­ner le code-bar­res, il faut pren­dre en pho­to la liste des ingré­di­ents sou­vent écrite en tout petits car­ac­tères… Donc il faut un appareil pho­to opti­misé, beau­coup de lumière, un embal­lage plat dans l’idéal.

J’ai essayé tous les types d’emballage et de pro­duits… et ça ne marche pas ! Bou­uh…

Je ne suis peut-être pas douée, mais je pense que cette méth­ode pour scan­ner est loin d’être pra­tique.

Donc voici ci-dessous le SEUL résul­tat que j’ai obtenu pour TOUS les pro­duits :

 

L’in­con­vénient de Clean Beau­ty…

 

Même pour mon soin boucles naze, j’ai obtenu ce résul­tat. Aucun ingré­di­ent con­tro­ver­sé détec­té ? Alors que les autres applis nous affir­ment le con­traire ?

A mon avis, c’est le scan qui a mor­flé. Faites gaffe donc aux résul­tats don­nés par Clean Beau­ty

Par ailleurs, les allergènes sont présents dans beau­coup de cos­mé­tiques et peu­vent être issus de sub­stances naturelles. Leur présence ne sig­ni­fie pas que vous allez faire une allergie, cha­cun est plus ou moins sen­si­ble à une sub­stance.

 

4.      Cosmethics zéro pointé

Donc là, nous pénétrons dans le côté obscur de la force…

Les applis de nota­tion ont été créées à la base pour mieux informer le con­som­ma­teur et le met­tre en garde. J’ai l’impression que cette appli­ca­tion fait tout le con­traire.

En effet, mal­gré une inter­face assez sym­pa, pfiouu… Des pro­duits cen­sés être polémiques sont mar­qués comme « sans risques », sans expli­ca­tion aucune.

On a accès à la liste des ingré­di­ents après un scan (qui marche une fois sur dix), ou avec une recherche par pro­duits. Mais lorsque l’on clique sur un ingré­di­ent, on tombe sur sa page Wikipedia en anglais svp. La page décrit la sub­stance mais ne présente pas for­cé­ment ses risques ou sa nat­u­ral­ité.

 

La page du PEG qui s’ou­vre sur Cos­me­thics

 

J’ai l’impression que c’est juste pour per­dre le con­som­ma­teur !

Ci-dessous mes scans :

 

Note Cos­me­thics du baume à lèvres Hel­lo Kit­ty

 

J’ai fait exprès de vous mon­tr­er un baume Hel­lo Kit­ty qui con­tient énor­mé­ment de cochon­ner­ies.

Il est noté sans risques (d’ailleurs il n’y a pas de note sur 20 ou sur 100, juste une vieille coche verte), alors que tous les ingré­di­ents que j’ai entourés sont syn­thé­tiques !

 

Note Cos­me­thics du soin Franck Provost

 

Sans sur­pris­es, mon soin cheveux est bien noté !!! Mais où va-t-on…

Donc je vous décon­seille vive­ment cette appli­ca­tion car elle risque de vous tromper.

En plus, le bou­ton « je le veux » bien vis­i­ble nous dirige vers un lien pour directe­ment acheter le pro­duit. Achète petit pigeon ! Achète !

 

Pour finir

J’avais oublié de vous en par­ler mais ces applis présen­tent égale­ment un incon­vénient. Sous un même INCI il peut y avoir une orig­ine syn­thé­tique ou naturelle.

Par exem­ple la gly­cérine peut être d’origine végé­tale ou syn­thé­tique. Pour­tant, cet INCI est tou­jours bien noté. Si un fab­ri­cant malin intro­duit une « mau­vaise » gly­cérine cela ne sera donc pas vis­i­ble sur l’appli.

A l’inverse, il existe désor­mais des molécules en ver­sion naturelles alors qu’elles étaient à la base syn­thé­tiques. Par exem­ple, le buty­lene gly­col peut désor­mais être pro­duit par biotech­nolo­gie et pour­tant les applis le notent comme syn­thé­tique.

De plus, je ne le dirai pas assez mais naturel ne veut pas dire sans dan­ger. Par exem­ple, un pro­duit très bien noté mais qui con­tient trop d’huiles essen­tielles peut faire des dégâts sur les plus sen­si­bles.

En bref, si j’ai une appli à vous con­seiller : ça serait donc INCI Beau­ty. Yuka est bien aus­si, en plus vous pou­vez l’utiliser pour les pro­duits ali­men­taires.

En général, même si elles ne sont pas par­faites et que les indus­triels les décri­ent, je trou­ve que ces appli­ca­tions aident quand même à tri­er les pro­duits et à en choisir de meilleurs. (Sauf Cos­me­thics !)

Elles nous appren­nent beau­coup sur les cos­mé­tiques et facili­tent la tran­si­tion à une vie plus saine.

Cepen­dant, on n’y retrou­ve pas l’é­val­u­a­tion des critères éthiques et des labels. N’hésitez pas à lire mon arti­cle sur les dif­férents labels si vous voulez en savoir plus sur vos pro­duits 😊.

Enfin, ces appli­ca­tions pour­raient pro­pos­er des alter­na­tives aux cos­mé­tiques qui sont très mal notés.

Et vous, que pensez vous de ces appli­ca­tions ? Avez-vous envie de les tester ?

Sur ce, je vous dis à très bien­tôt sur le blog et les réseaux soci­aux 😘.


Partager l’ar­ti­cle :
  •  
  • 10
  •  
  •  
  •  
  • 12

8 commentaires sur “Je teste 4 applis de notation des cosmétiques !

  1. Mer­ci beau­coup. J’at­tends un peu de ter­min­er la plu­part de mes pro­duits car je crains le pire. mais je vais télécharg­er INCI Beau­ty pour mes prochains achats.

    1. Bon­jour Mme Perez 😁
      Mer­ci pour ton com­men­taire. Moi c’est pareil j’ai quand même des pro­duits à ter­min­er…
      Mais c’est déjà super de téléchager l’ap­pli, je l’u­tilise qua­si­ment tous les jours main­tenant !
      Bisous

  2. Hel­lo Jade!
    J’ai téléchargé Yuka et INCI beau­ty et c’est égale­ment ce dernier que je préfère car tu peux véri­fi­er la com­po­si­tion de tes pro­duits mais tu peux aus­si rechercher de nou­veaux pro­duits par type.
    Je viens de scan­ner tous mes pro­duits, ce qui est éton­nant c’est que dans une même gamme cer­tains peu­vent être tout à fait cor­rects pour notre san­té et d’autres nocifs…
    Une fois que tu as trou­vé un pro­duit bien noté, il faut ensuite savoir si il est effi­cace!

    1. Hel­lo Anne!
      Mer­ci beau­coup pour ton com­men­taire 😊!
      Effec­tive­ment je trou­ve que INCI Beau­ty est top ! Bra­vo pour le scan de tous tes pro­duits haha!
      Eh oui cer­taines gammes com­por­tent des com­po­si­tions totale­ment dif­férentes.
      Ensuite tout à fait, une fois que tu as un pro­duit clean, reste à savoir s’il est bien adap­té à tes besoins! 😊👍

  3. Heey !
    Je suis d’ac­cord avec toi Yuka pour moi est l’uns des meilleurs pour l’al­i­men­ta­tion, mais ce qui m’a dérangée en cos­mé­tiques c’est qu’ils ne mar­quent pas ou comptent très peu les ingré­di­ents trèès nocifs ! Et surtout ils enlèvent énorme­ment de points à cause des allergènes…
    Je testerais INCI beau­ty, mais je teste actuelle­ment Com­poScan qui est une appli ( en con­struc­tion ) de scan de pro­duits ” beauté ” et dont le biol­o­giste, oui ils ont un biol­o­giste, analyse les pro­duits un par un, ingré­di­ent par ingré­di­ent . Donc c’est pas juste une base de don­nées ! (:
    Je pense qu’une fois qu’ils auront rajouté plus de fonc­tions, comme l’his­torique, les favoris, etc… cette appli aura vrai­ment beau­coup de poten­tiel ! Si ça peut t’in­téress­er tu pour­rais la tester 🙂

    1. Hel­lo !
      Mer­ci pour la sug­ges­tion, en effet je vois la fon­da­trice de Com­poscan un peu partout en ce moment hihi, je n’ai aucun doute que cette appli sera vrai­ment au top! j’en par­le déjà aux per­son­nes que je coache d’ailleurs 😊
      Et oui il faut essay­er de faire la part des choses, même si Yuka a été le pio­nnier dans l’al­i­men­taire, ce n’est pas for­cé­ment à eux qu’il faut se fier en cos­mé­tique ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.