suits 2625361 1920

Beauté, féminité et féminisme: les préjugés encore ancrés

Partager l’ar­ti­cle :
  •  
  • 21
  •  
  •  
  •  
  •  

Hel­lo la blo­gosphère! 😊

Aujour­d’hui je voulais pub­li­er un arti­cle qui sor­tait un peu des sen­tiers bat­tus. Bien que tou­jours dans la lignée du blog, car nous allons par­ler de beauté, mais surtout de féminité, de con­sen­te­ment et de fémin­isme.

Cela fait quelques temps que je voulais sor­tir cet arti­cle. A vrai dire, depuis la polémique du mou­ve­ment #maju­pe­mon­droit dont je vous par­lerai plus en détail tout à l’heure.

Cela fait plus d’un mois que se sont déroulés ces événe­ments, j’ar­rive donc après la guerre 😅.

Mais voilà je suis là et je vous donne ma réflex­ion sur le sujet et sur les préjugés qui sont hélas encore bien ancrés sur le fémin­isme et la féminité.

 

Ma jupe mon droit: revendiquer son droit à porter une jupe, c’est revendiquer sa liberté

Le Ven­dre­di 12 Avril 2019, le Min­istère de l’E­d­u­ca­tion mal­gache com­met une erreur mon­u­men­tale.

Un com­mu­niqué est pub­lié sur la page Face­book offi­cielle du min­istère. Il mon­tre l’il­lus­tra­tion d’une femme por­tant une robe décol­letée accom­pa­g­née de la phrase suiv­ante (en mal­gache):

” Les vête­ments sages que por­tent les jeunes filles dimin­u­ent les besoins dia­boliques des hommes qui aiment les vio­len­ter. Il est donc du devoir des par­ents de met­tre leurs filles sur le droit chemin pour les éloign­er des vête­ments provo­ca­teurs “.

communique ma jupe mon droit
Illus­tra­tion du com­mu­niqué du Min­istère de l’é­d­u­ca­tion mal­gache

S’en suit un tol­lé d’indig­na­tions et la nais­sance du mou­ve­ment #maju­pe­mon­droit. Pour con­tr­er ce com­mu­niqué, les femmes mal­gach­es pos­tent des pho­tos d’elles dans des tenues jugées “provo­cantes” selon le com­mu­niqué du min­istère. Ces pho­tos sont accom­pa­g­nées de la phrase:

” Ma jupe mon droit, sa braguette son prob­lème avec la loi”.

Le gou­verne­ment se rend rapi­de­ment compte de sa bévue. Le post est sup­primé, et deux jours après une let­tre de plates excus­es est dif­fusée, stip­u­lant que:

” Rien ne peut jus­ti­fi­er les agres­sions sex­uelles qui pour­raient être com­mis­es envers les filles ou les femmes, et encore moins leurs tenues ves­ti­men­taires…”

 

Le victim blaming ou la déresponsabilisation de l’agresseur

Lorsque la polémique #maju­pe­mon­droit bat­tait son plein, étant moi-même mal­gache, une colère s’emparait de moi. Le pire était les com­men­taires des per­son­nes com­plète­ment d’ac­cord avec ce com­mu­niqué.

” Si on vous dit de vous habiller moins court c’est pour votre pro­tec­tion”, ” C’est comme porter un casque de moto, si tu ne le fais pas tu peux te faire mal. Et ne va pas te plain­dre que la police te punisse après”, ” Il n’y a pas d’ex­cité sans exci­tant”…

Voilà un petit exem­plaire de cer­tains avis sur la ques­tion. Et oui, nous sommes en 2019 mes­dames et messieurs.

Ces gens ne com­pren­nent-il pas que dans une agres­sion sex­uelle la vic­time n’est PAS la fau­tive ? Ni à 50%, ni à 10%, ni à 0,00001% ?

Ce n’est pas un jog­ging, une djellabah ou une culotte de chasteté qui arrêtera un vio­leur !

 

women dressed still get
Aucune tenue n’ar­rête un vio­leur

C’est l’EDUCATION !

Aus­si joli et ten­tant qu’il soit, oses-tu met­tre tes mains sur un joli gâteau exposé dans une pâtis­serie ?

Lire aussi:  3 romans mêlés de voyages, d'aventures et d'héroïsme au féminin

Non ? Pourquoi ? Parce que ce n’est pas ton gâteau. Et on t’a appris à ne pas touch­er quand ce n’est pas à toi.

C’est pareil pour une femme. Aus­si jolie et séduisante soit-elle, habil­lée en micro-short ou presque nue sur la plage. Elle ne t’a rien demandé. Ne va pas dire que c’est sa faute.

 

dont rape
Tout est dit

 

Beauté et séduction: de l’éducation des garçons et des filles

Non très cher min­istère de l’é­d­u­ca­tion. Non très chère société. Ce n’est pas aux filles d’adapter leurs tenues.

Il faut appren­dre aux garçons comme aux filles que ce n’est pas une tenue qui donne le droit de faire n’im­porte quoi. Parce qu’en­tre filles le “slut sham­ing” (tra­duc­tion “humil­i­a­tion des salopes”) est encore aus­si très en vogue.

Arrê­tons les préjugés moyenâgeux sur la con­cep­tion de la beauté. Tous les goûts sont dans la nature.

Si une femme se sent belle, forte et con­quérante en mini­jupe, cela fait-il d’elle une salope ?

Et messieurs, s’il vous plait, arrêtez de croire que si une fille s’ha­bille sexy c’est for­cé­ment qu’elle cherche à vous séduire. Et si les femmes pen­saient aus­si pour elles ?

Si en voy­ant une jolie robe ou un beau décol­leté, on pen­sait sim­ple­ment au bon­heur de porter le vête­ment et non à attir­er je ne sais qui ? Oui on a le droit de s’ha­biller pour nous et d’embrasser notre féminité. Enfin, quand bien même nous avions envie de séduire avec une jolie tenue… Séduire ne sig­ni­fie en aucun cas un appel à l’a­gres­sion, aus­si courte que soit la jupe.

En somme: string ficelle ou culotte en den­telle, si elle n’a pas dit oui, ne t’ap­proche pas d’elle !

 

Féminisme et féminité: encore et toujours des préjugés

Enfin, je voulais clore cet arti­cle par une annonce. JE SUIS FÉMINISTE.

Et vous savez quoi ? Je suis hétéro, je suis par­fois très nunuche, et je ne hais pas les hommes. Au con­traire, mon mari m’émer­veille et j’adore mon frère.

Alors, je fais ce petit rap­pel parce que dans la tête de beau­coup de per­son­nes, être fémin­iste c’est brûler ses dessous, vouloir asservir les hommes et les trans­former en esclaves.

En voulant défendre notre lib­erté de porter des jupes je me suis quand même pris l’insulte ultime:

Misan­dre putride”. (On dirait une expres­sion du moyen-âge soit dit en pas­sant).

Bref… Dernier rap­pel… Le fémin­isme c’est une lutte pour les droits des femmes.

CE N’EST PAS UNE LUTTE POUR COUPER LE ZIZI DES HOMMES. Au pas­sage, Mer­ci aux courageux hommes fémin­istes.

D’ailleurs, lorsqu’on est une femme, je pense qu’on ne choisit pas d’être fémin­iste. On le devient par devoir. Lorsque je vois encore à notre époque com­bi­en nos con­sœurs ont besoin de nous, je me dis que c’est notre devoir de les soutenir.

 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Êtes vous fémin­iste ?

 


Partager l’ar­ti­cle :
  •  
  • 21
  •  
  •  
  •  
  •  

6 commentaires sur “Beauté, féminité et féminisme: les préjugés encore ancrés

  1. Le terme “fémin­iste” a mal­heureuse­ment été gal­vaudé, et c’est pour le ren­dre moins puis­sant (comme toutes les idéolo­gies qui subis­sent ce gal­vaudage). Je suis fière de la nou­velle généra­tion fémin­iste qui se lève, qui prend la peine de remet­tre les points sur les “i”. Con­tin­uez, faites nous enten­dre ce qu’on n’é­coute plus!

    1. Bon­jour Marie,
      Mer­ci beau­coup pour ce com­men­taire 💚! Con­tin­uons la lutte, et met­tons fin à ce gal­vaudage hihi 🙂

  2. Per­son­nelle­ment, je suis tout à fait d’ac­cord avec tes pro­pos.
    Le fémin­isme aujour­d’hui est mal vu car l’idée qu’on s’en fait est erronée. Il faut que les gens restent dans l’op­tique qu’on se bat pour une égal­ité homme femme, qu’on a les mêmes droits qu’un homme. À la mai­son, pas besoin d’être fémin­iste. J’ai un homme qui me sou­tient et qui trou­ve nor­mal de devoir faire la vais­selle parce que j’ai fait à manger. ^^ (Petit exem­ple, hein!)

    1. Coucou Lau­rie,
      Mer­ci beau­coup pour ton com­men­taire 😊. Tout à fait, je pense aus­si que cer­tains ont peur car ont un com­plexe de supéri­or­ité.
      Mais heureuse­ment que c’est entrain de chang­er et qu’à la mai­son je vois que nous avons les mêmes, ça fait plaisir 💚
      Bonne soirée 🙂

  3. Waouh ! Ton arti­cle m’a posé ! Je viens juste de pub­li­er un arti­cle sur les dif­férences sup­posées entre petites filles et petits garçons qui seraient innées mais de voir ce même sujet trans­posé aux adultes me fait me rap­pel­er que ce “prob­lème” s’ag­grave avec l’âge !
    Je suis entière­ment d’ac­cord avec toi, évidem­ment que l’on devrait pou­voir s’ha­biller comme on le souhaite et que les hommes devraient tou­jours pou­voir se con­trôler ! Ce ne sont pas des ani­maux à ce point en proie à leurs instincts quand même !
    Et pour le fémin­isme, la jeune actrice Maisie Williams a dit un jour qu’elle ne com­pre­nait pas le principe du fémin­isme car pour elle on était soit sex­iste, soit nor­mal ! et je trou­vais ça très juste ! J’e­spère que cette pen­sée se généralis­era chez les généra­tions à venir mais je crois mal­heureuse­ment qu’on a encore du tra­vail à faire…

    1. Coucou ! 🙂
      Mer­ci beau­coup pour ton avis, ça fait plaisir de partager sur ce type de sujets ^^
      Je suis d’un avis plus mit­igé sur ce que Maisie Williams pense du fémin­isme.
      Ce n’est en aucun cas du sex­isme, c’est un mou­ve­ment pour défendre les droits des femmes et s’il existe, c’est bien parce que la femme est hélas encore con­sid­érée comme le “sexe faible” dans beau­coup d’in­sti­tu­tions et de pays. Sinon com­ment expli­quer le fait qu’on soit con­stam­ment angois­sées à l’idée de sor­tir seules, de ren­tr­er tard chez nous, de tra­vers­er la rue quand on croise un groupe de garçons, de devoir se bat­tre pour dis­pos­er de notre pro­pre corps comme on le souhaite, d’être jugées con­stam­ment si on choisit la car­rière plutôt que les enfants etc…
      Je trou­ve dom­mage de ne pas com­pren­dre le fémin­isme. C’est peut être le mot en lui même qui est hélas trop bafoué. Mou­ve­ment pour le droit des femmes son­nerait-il peut être moins “sex­iste” ?
      On peut tout à fait être nor­mal et être fémin­iste, ou hélas fémin­iste et sex­iste pour les plus extrêmes.
      Mais fémin­iste ne veut pas dire sex­iste.
      Enfin, j’e­spère comme toi que les jeunes généra­tions com­pren­dront que même si nous sommes dif­férents, nous avons les mêmes droits. Et qu’­ef­fec­tive­ment il n’y a pas de “sex­isme mod­éré”. Bonne journée à toi 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.