3 romans mêlés de voyages, d’aventures et d’héroïsme au féminin

Partager l’ar­ti­cle :
  •  
  • 12
  •  
  •  
  •  
  • 29

Ma pas­sion dévo­rante pour les livres, et en par­ti­c­uli­er les romans, méri­tait bien une place dans le blog.

En cette péri­ode de froid glacial où il fait bon de se blot­tir chez soi avec une lec­ture poignante et une bois­son brûlante, j’ai donc choisi d’in­au­gur­er la caté­gorie lec­ture et de vous par­ler de 3 de mes romans favoris.

Et pas n’im­porte lesquels, car ceux-là mêlent mes thèmes de prédilec­tion. A savoir une his­toire dans un pays loin­tain, des péripéties assez extra­or­di­naires et surtout du bon gros Girl Pow­er.

(Ouii 80% de mes lec­tures sont cen­trées sur des femmes qui se bat­tent pour sur­vivre. J’aime m’i­den­ti­fi­er aux per­son­nages prin­ci­paux et ressen­tir leurs émo­tions ! 😍)

 

Les lumières d’Assam de Janet MacLeod Trotter

Déjà rien que le titre et la mag­nifique cou­ver­ture lux­u­ri­ante et col­orée m’avaient intriguée.

La pre­mière par­tie de l’his­toire se déroule en Inde bri­tan­nique au début des années 1900. On y retrou­ve Clar­rie, fille d’un colon anglais plutôt aisé, pro­prié­taire d’une plan­ta­tion de thé.

Elle et sa petite soeur Olivia vivent une douce et joyeuse enfance dans ce coin de par­adis. Mais tout se com­plique lorsque leur père tombe en dépres­sion suite à la mort de leur mère.

L’ex­ploita­tion de la plan­ta­tion tombe dans le déclin et leur avenir s’as­sombrit. Même la ren­con­tre du séduisant Wes­ley Rob­son ne suf­fit pas à réjouir le coeur de Clar­rie.

A la mort de leur père, l’héroïne et sa soeur sont con­traintes de quit­ter l’Inde lux­u­ri­ante pour les bas fonds de New­cas­tle où leurs uniques proches peu­vent les accueil­lir.

La jeune femme se doit alors de trou­ver le courage pour s’en sor­tir et veiller sur sa petite soeur. On la suit dans son ascen­sion sociale, à l’époque où les pre­mières suf­fragettes anglais­es font leur appari­tion.

J’ai tout sim­ple­ment A‑DO-RÉ ce roman. Je me demande d’ailleurs pourquoi il n’a tou­jours pas été adap­té au ciné­ma ?!

J’avoue que lorsque l’héroïne passe de la petite princesse du thé à la souil­lon de son cousin, j’ai pen­sé au clas­sique “Princesse Sarah”.

Mais je vous ras­sure, ce roman est bien meilleur. Il m’a cap­tivée, m’a fait voy­ager géo­graphique­ment et tem­porelle­ment. Les per­son­nages sont tous très intéres­sants et attachants (dédi­cace au petit Will ❤ You will for­ev­er be in my heart ❤).

Je suis une fana du style d’écri­t­ure bri­tan­nique de Janet MacLeod Trot­ter. Les thèmes comme la place de la femme dans la société, les iné­gal­ités sociales, la coloni­sa­tion, le sens de la famille y sont traités avec brio et une cer­taine can­deur.

Note: 9,5/10. (le ‑0,5 c’est pour Clar­rie quand elle fait trop sa fière). Il est disponible ici !

 

Fleurs sauvages de Kimberley Freeman

Encore un roman qui nous fait voy­ager dans deux lieux et épo­ques dif­férentes: l’Ecosse du XXe siè­cle et l’Aus­tralie du XXIe.

Lorsqu’Em­ma hérite de sa grand-mère Beat­tie, elle décide de se ren­dre en Aus­tralie pour ven­dre une demeure dont son aïeule est pro­prié­taire.

Une demeure dont elle et même sa pro­pre mère igno­raient l’ex­is­tence !

Cette danseuse étoile dont la car­rière s’ar­rête subite­ment après un acci­dent, trou­vera bien plus qu’une vieille mai­son en Tas­man­ie. Elle trou­vera dans ce bout d’Aus­tralie des per­son­nes attachantes (halte au BG de ser­vice évidem­ment haha) et la femme qu’elle est vrai­ment au fond.

Lire aussi:  Interview d'Inès Boumiza fondatrice de Panachées: du sur-mesure dans ton placard ! -PODCAST-

Mais surtout, elle décou­vri­ra le passé gardé jusqu’alors secret de sa grand-mère et son épopée incroy­able en Aus­tralie.

Plus d’un demi siè­cle sépare ces deux femmes, mais les réu­ni­ra toutes les deux dans leur courage, leur force et leur amour d’autrui.

J’ai été emportée par l’aven­ture de Beat­tie dans cette Aus­tralie sauvage. Les images de ce ranch mag­nifique et cet amour inter­dit m’ont fait penser au film “Aus­tralia” avec Nicole Kid­man.

Le racisme, le regard sur les mères céli­bataires et la volon­té de réalis­er ses rêves y sont superbe­ment décrits par Kim­ber­ley Free­man.

Note: 8,5/10. Les pas­sages que j’ai moins appré­ciés sont ceux d’Em­ma, tant l’his­toire de sa grand-mère était poignante. En effet, je trou­vais que le fait d’al­tern­er les deux épo­ques coupait un peu l’élan de chaque his­toire. Mais il reste tout de même dans la liste de mes romans favoris. Il est disponible ici!

 

Mille soleils splendides de Khaled Hosseini

La force de ce roman réside dans le fait que cela aurait pu très bien être une his­toire vraie.

Cette fois nous sommes trans­portés dans l’Afghanistan des années 50. A l’époque, les femmes jouis­sent encore d’une cer­taine lib­erté.

Mais les tra­di­tions restent les tra­di­tions, et c’est dans ce con­texte que Mari­am se voit dans l’oblig­a­tion d’épouser à l’âge de qua­torze ans un veuf de quar­ante cinq ans.

Le pire est à venir, lorsque Mari­am ne peut lui don­ner un fils. S’en suiv­ent alors dix huit années de galère où Mari­am se fait con­stam­ment bat­tre par son mari.

L’Afghanistan subit égale­ment toutes les hor­reurs entre le con­flit avec les Russ­es et les guer­res civiles.

Puis, vient le jour où Rachid décide de pren­dre une deux­ième épouse, Laïla. Au début, Mari­am n’y voit qu’une rivale mais très rapi­de­ment ces deux femmes vont s’u­nir pour affron­ter ensem­ble la vio­lence de leur mari, la guerre et la misog­y­nie crois­sante avec l’ar­rivée des tal­ibans.

Ce roman m’a totale­ment boulever­sée. On suit pen­dant près de trente ans le des­tin de ces deux femmes et de ce pays, brisés, humil­iés, mais tou­jours en quête d’e­spoir et de renou­veau.

La vio­lence con­ju­gale, la reli­gion, l’his­toire de l’Afghanistan, la lutte des femmes sont magis­trale­ment dépeints par Khaled Hos­sei­ni.

J’ai pleuré, beau­coup, et dévoré avec pas­sion ce roman.

Note: 9,5/10. (-0,5 pour cer­taines longueurs mais ce roman est par­fait). Il est disponible ici!

Petit bonus, écoutez l’al­bum Amir de Tamino en lisant ce livre, il vous trans­porte dans des con­trées ori­en­tales et vous tran­scende de oufffff 😍

 

 

Voilàà, j’e­spère que cet arti­cle vous don­nera envie de dépos­er l’un de ces romans sous le sapin cette année, ou encore mieux de vous l’of­frir 😊.

Pour ma part, j’ai voy­agé, pleuré, rit et rêvé au tra­vers de ces lec­tures. Et je serai ravie de vous retrou­ver pour vous par­ler d’autres romans qui m’ont mar­qué !


Partager l’ar­ti­cle :
  •  
  • 12
  •  
  •  
  •  
  • 29

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.